Est-il éco-responsable en tant que citoyen de consommer de la viande ?

A l’échelle mondiale, les humains consomment de plus en plus de viande alors que notre ration quotidienne dépasse déjà les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Manger moins de viande rouge est-il nécessaire? Ces chercheurs ...

Etat des lieux et conséquences écologiques de la consommation de viande

La viande est un plat très prisé partout dans le monde. Bien que la consommation de viande rouge soit en légère baisse et la consommation de viande blanche en hausse en Europe, les pays qui se sont beaucoup enrichis ces dernières années comme le Brésil, l’Inde ou la Chine ont une alimentation de plus en plus carnée. Il s’agit de quelque chose de complètement nouveau dans notre monde car, pour nos grands-parents et leurs grands-parents, la viande était une ressource occasionnelle qui est devenue aujourd’hui habituelle pour ne pas dire systématique.

Selon un rapport de Food and Agriculture Organization of the United Nations à Rome en 2006, l’industrie de la viande combine à elle seule 18% des gaz à effet de serre. C’est plus que ce que dégage l’industrie de tous les transports dans le monde entier. Non content de dégager énormément de gaz à effet de serre, cette même industrie puise une quantité d’eau gigantesque dans le seul but de nourrir des animaux dont la chair sera ensuite consommée par les humains. Selon un article paru en 2004 dans BioScience, la consommation d’eau pour l’agriculture animale varie entre 34 et 76 milliards de gallons par an. Soit entre 129 et 288 milliards de litres par an. L’impact de cette industrie n’est en aucun cas négligeable dans le contexte du réchauffement climatique actuel. Aussi, dans un contexte de conscience citoyenne voire de survie de l’espèce Homo Sapiens, il parait intéressant de limiter drastiquement sa consommation de viande voire de la supprimer pour réduire l’impact en carbone et en consommation d’eau qui devient tous les jours un sujet un peu plus inquiétant.

Consommation de viande et éthique

Devenez acteur de la création d'un espace naturel protégé - Un échec

Au-delà de la planète qui se trouve aujourd’hui dans un état regrettable, l’industrie agro-alimentaire décime plus d’un milliard d’animaux par an. Pour pouvoir offrir des prix toujours plus attractifs et augmenter le profit, les abattoirs se font systématiquement encore plus inhumains et plus rapides dans leur abattage.   Réduction de l’anesthésie, diminution du temps moyen passé à égorger la bête, conditions sanitaires des lieux et gestion du stress de l’animal bâclées. L’écologie ne consiste pas seulement à construire un monde dans lequel la terre continuerait de tourner comme elle le fait depuis bien avant l’apparition de l’humanité. Il s’agit de trouver l’adéquation idéale entre l’homme et l’animal. La parfaite alchimie qui profite aux animaux et aux hommes. Or, après avoir détruit dans des conditions bien souvent déplorable la vie de tous ces animaux, l’homme en vient à endommager sa propre santé.

 

Consommation de viande et santé

Aujourd’hui sur terre 350 millions de personnes souffrent de diabètes. De même, une grande partie des humains auront un jour un accident cardio vasculaire ou un cancer. Un tiers des dollars américain dépensés dans le milieu pharmaceutique vont combattre un diabète. Devant ces faits alarmants, plusieurs questions se posent. Pourquoi y-a-t-il tant de diabètes aujourd’hui par rapport à il y a cinquante ans ? Pourquoi rien n’est fait dans la prévention de ces maladies à part quelques timides spots publicitaires sans véritable portée ? D’autre faits sont assez troublants et mettent la puce à l’oreille. L’organisation mondiale de la santé assigne la consommation de bacon et de saucisse aux éléments cancérigènes de catégorie 1. Comme le tabac. Néanmoins la société américaine contre le cancer encourage à la consommation de viande rouge en tout genre. De même The New England Journal of Medicine publie en 2004 le fait que le diabète ne provient pas de la consommation de sucre. D’un autre côté, le journal américain de clinique nutritive publie en 2011 que la consommation de viande transformée, si consommée quotidiennement, augmente de 51% la probabilité de développer un diabète. Devant ces faits alarmants, on peut se demander pourquoi la population continue de consommer tant et plus toute sorte de viande. Alors on se rend compte que le milieu pharmaceutique dépense plus d’argent que tout autre secteur dans le lobbying aux USA. De même il s’agit de chaine de restauration rapides dont les conséquences sur la santé ne sont plus à prouver comme McDonald ou KFC qui sponsorisent les associations de combat contre le diabète et le cancer. Là où il s’agit plus en l’occurrence de santé personnelle que d’éco-citoyenneté, il parait néanmoins intéressant de proposer des plats basés sur des matières premières végétales pour les personnes que nous venons à nourrir, que ce soient nos enfants ou nos invités.

 

En conclusion, que ce soit pour diminuer le réchauffement climatique qui augmente un peu plus chaque jour et qui promet de plus en plus de catastrophes naturelles, que ce soit pour les conditions de vie et de morts imposés aux milliards d’êtres vivants qui sont élevés pour exploiter nos appétits toujours plus voraces, que ce soit pour notre santé et celle de nos proches, il semble intéressant de diminuer sa consommation de viande dans un contexte éco-responsable.